Relever la barre : Le plan grec d’augmentation de l’investissement minimum pour l’obtention d’un visa doré 

Lors d’une récente session parlementaire, le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a répondu aux inquiétudes concernant le programme de visas dorés du pays, en dévoilant des plans visant à ajuster les exigences minimales d’investissement en réponse aux pressions croissantes sur le marché de l’immobilier, en particulier dans les zones où les loyers sont plus élevés. 

Controverse et réforme du visa d’or 

Le programme “Golden Visa”, qui offre des permis de séjour aux citoyens non européens en échange d’investissements dans l’immobilier grec, a été un sujet de controverse. Ses détracteurs, dont des membres de l’opposition socialiste, affirment qu’il aggrave les problèmes d’accessibilité pour les Grecs en faisant grimper les prix de l’immobilier. Le Premier ministre Mitsotakis a toutefois réfuté ces affirmations, soulignant que le programme ne représente qu’une petite fraction des transactions immobilières, soit environ 7 % au cours des deux dernières années. 

Reconnaissant les avantages économiques apportés par le programme Golden Visa, y compris les investissements directs étrangers (IDE) importants s’élevant à près de 6 milliards d’euros depuis sa création en 2015, Mitsotakis a également reconnu la nécessité de réformes pour relever les défis de l’accessibilité financière au niveau local. 

Équilibrer l’investissement et l’accessibilité financière 

En réponse aux inquiétudes croissantes concernant l’impact du programme Golden Visa sur les marchés locaux du logement, le Premier ministre Mitsotakis a dévoilé des plans visant à ajuster les seuils d’investissement minimum, en particulier dans les zones confrontées à des pressions importantes sur les loyers. En augmentant ces seuils, le gouvernement cherche à tempérer la pression à la hausse sur les prix de l’immobilier tout en continuant à attirer les investisseurs étrangers. Cette proposition de réforme reflète une approche stratégique visant à maintenir l’accessibilité des logements pour les résidents tout en continuant à tirer parti des investissements étrangers pour stimuler la croissance économique. 

Les ajustements prévus représentent une tentative de trouver un équilibre délicat entre les avantages économiques du programme Golden Visa et la nécessité de résoudre les problèmes d’accessibilité financière au niveau local. L’initiative de Mitsotakis souligne un engagement en faveur d’une gouvernance proactive, visant à garantir que le marché immobilier grec reste accessible aux acteurs nationaux et internationaux. Grâce à ces réformes, le gouvernement vise à favoriser un paysage immobilier plus durable et plus équitable, où les investissements étrangers complètent la dynamique locale du logement au lieu de la fausser. 

Réforme du niveau d’investissement dans le cadre du visa d’or 

Le Premier ministre a présenté une approche par étapes, indiquant que dans les zones à forte demande, telles que les grands centres urbains et les îles, le seuil minimum d’investissement pourrait augmenter de manière substantielle, pour atteindre 800 000 euros. Cet ajustement vise à orienter les investissements vers des projets de plus grande envergure qui n’entrent pas directement en concurrence avec les besoins en logement des familles locales. 

À l’inverse, dans les régions où la pression immobilière est faible, Mitsotakis a suggéré de maintenir un seuil d’investissement plus bas, à savoir 250 000 euros, afin d’encourager le développement dans les zones mal desservies. Cette stratégie vise à répartir les investissements de manière plus uniforme dans le pays tout en revitalisant les régions négligées. 

Considérations sur la location à long terme de Golden Visa 

En outre, Mitsotakis s’est dit ouvert à l’examen de mesures supplémentaires, y compris la possibilité d’obliger les investisseurs de Golden Visa à s’engager dans des locations à long terme, décourageant ainsi les pratiques de location à court terme telles que Airbnb. Tout en reconnaissant l’impact limité des baux à long terme existants, Mitsotakis a salué la discussion sur les ajustements réglementaires potentiels afin d’aligner davantage le programme sur les objectifs plus larges de la politique du logement. 

Conclusion

En conclusion, le Premier ministre Mitsotakis a assuré que le gouvernement annoncerait bientôt des mesures concrètes pour répondre aux préoccupations soulevées par l’opposition, en mettant l’accent sur une approche nuancée qui préserve les avantages économiques du programme Golden Visa tout en atténuant son impact sur les marchés locaux du logement. En mettant en œuvre des réformes ciblées, la Grèce vise à favoriser le développement durable et à assurer une croissance inclusive dans ses diverses régions. 

Retour en haut